La respiration – Préparation à la naissance

La respiration pour accompagner les contractions

La respiration est le point essentiel à maîtriser pour faciliter le travail d’accouchement.

Pour la médecine chinoise la respiration est le moteur de la circulation des énergies, autrement dit une mauvaise respiration génère une mauvaise circulation des énergies et peut être responsable de nombreux maux.

Le pranayama, ou contrôle de la respiration est l’un des 6 piliers de la pratique du yoga. Avant même de commencer l’enchaînement de diverses postures il est nécessaire de s’arrêter quelques instant sur la respiration pour une bonne pratique du yoga.

Selon l’ayurveda , le mécanisme du souffle permet à l’organisme et au mental d’effectuer un échange d’énergie avec l’extérieur. La respiration est une clé essentielle pour avoir un mode de vie sans stress.

La respiration abdominale nécessite de l’entrainement pour devenir fluide et automatique.

Les dernières semaines de grossesse prenez le temps une fois par jour de vous installer confortablement au calme.

Fermez les yeux et concentrez vous sur votre respiration.

Inspirez lentement par le nez et expirez longuement par la bouche.

.

 

Ressentez la cage thoracique s’agrandir et se remplir d’air à l’inspiration.

Ressentez la se rétrécir pour chasser l’air à l’expiration.

En soufflant doucement, l’air reste plus longtemps dans les poumons ce qui laisse le temps aux échanges gazeux de se faire dans les poumons. Le sang se décharge dioxyde de carbone (CO2) et se charge en oxygène (O2) pour l’acheminer vers les organes. Le diaphragme se contracte pour « chasser » l’air des poumons.

A l’inspiration le diaphragme se relâche, l’air entre dans les poumons, le ventre se gonfle.

 

 

L’utérus est un muscle.

Il a besoin d’oxygène pour fonctionner, aussi bien pour se contracter que pour se relâcher efficacement. L’efficacité des contractions est due à leur effet mécanique. En se contractant l’utérus pousse bébé vers bas. Le col est pourvu de fibres musculaires qui vont lui permettent de s’étirer à chaque contraction. En appuyant sur le col le bébé lui permet de s’ouvrir.

 

L’effet mécanique des contractions …
… permet la dilatation du col.

 

Une respiration mal maîtrisée engendre des crampe, la tête qui tourne. De la même façon qu’une séance de sport mal préparée, les difficultés arriveront rapidement : essoufflement, point de côté, crampes. L’accouchement est marathon il faut le préparer.

Une bonne maîtrise de cette respiration vous mettra facilement dans une détente de tout le corps. Plus vos tissus seront souple, mieux l’accouchement se présentera. Le col de l’utérus est composée de fibres musculaires, leur souplesse assurera une dilatation harmonieuse. Le bassin est tapissé muscles. S’ils sont toniques et volumineux, la place pour le passage de bébé sera amoindrie.

La relaxation est un outil précieux pour obtenir ces résultats. (clic)

En prenant le temps de vous entraîner vous allez vous habituer à cet état de relaxation. Profitez en pour vous conditionner. Mettez vous chaque fois dans la même ambiance. Vous pouvez régler la luminosité. Vous installer dans une position dans laquelle vous êtes à l’aise, porter des vêtements qui ne vous gênent pas. Choisissez une playlist de musique qui vous convient. Utilisez chaque fois la même. La répétition va permettre à votre cerveau d’anticiper votre réaction corporelle. Par exemple le parfum d’un gâteau de votre enfance vous ramènera probablement dans la cuisine de votre grand-mère, c’est la mémoire sensorielle. Utilisez les pouvoirs de votre cerveau pour qu’il travaille à votre place. Si vous avez pris l’habitude qu’avec telle musique vous allez faire une séance de relaxation, être détendue, bientôt, dès que la musique commencera la relaxation sera plus rapide et plus efficace. Votre cerveau anticipera. Le bénéfice sera également ressenti chez votre bébé. En effet depuis le 6ème mois de grossesse il entend des sons du monde extérieur. En associant une musique à un moment de relaxation, cette association fonctionnera même dans un contexte plus inhabituel tel que les contractions.

 

L’effet est aussi hormonal.

L’endorphine est l’hormone de l’endormissement, du bonheur. Elle est abondamment sécrétée lors des séances de relaxation. Plus vous êtres habitués à en sécréter, plus elle arrive vite et en grande quantité dans l’organisme. Cette hormone est sécrétée pour palier à la douleur. On la trouve chez les femmes en travail. Plus vous aurez l’habitude de la stimuler, mieux vous supporterez les contractions. Les hormones passent la barrière placentaire.

Plus vous serez sereine, plus votre bébé le ressentira.

Maîtriser sa respiration vous permet de garder le contrôle. Pendant le travail, les contractions vont et viennent sans que vous ayez de pouvoir sur leur fréquence. Vous ne pouvez pas lutter contre, il faut les accompagner. La perte de contrôle de son corps et l’intensité des sensations qu’elles engendrent peut être extrêmement déstabilisant. En continuant à gérer votre respiration vous gardez le contrôle. Pouvoir rester concentrée sur une action précise vous empêche de vous focaliser sur la douleur. Si vous ressentez le besoin d’extérioriser la douleur, vous pouvez l’exprimer en chantant ou en exprimant des « sons blancs » tels que le bzz ( de l’abeille), de tss (du serpent) , le mmmh (de médiation). Evitez le cri autant que possible. Cela signifierait que vous perdez la maîtrise et ne contrôlez plus la gestion du souffle.

 

Vous devez faire des respirations lentes et maîtrisées, le souffle doit être long et lent.

Les lèvres sont crispées afin de ne laisser passer qu’un petit filet d’air. La capacité respiratoire de la femme enceinte est diminuée. En vous entraînant vous pouvez améliorer la durée du souffle.

Quelques techniques pour apprendre à tenir son souffle :

  1. Avec un flacon de bulles de savon (pour enfant). Entraînez-vous dans un premier temps à souffler sur le savon en créant une grande bulle lentement puis soufflez sur le savon en le faisant simplement vibrer, sans créer de bulles.
  2. A la piscine, avec une balle de ping-pong, faites-lui parcourir la plus longue distance possible en un souffle.
  3. Avec une bougie allumée placée à 30 de votre visage soufflez sur la flamme sans l’éteindre.
  4. Tout simplement en vous chronométrant. Ne soyez pas trop exigeant, et n’allez pas au-delà de vos capacités.

Il est important de commencer cette respiration consciente dès les premières contractions.

L’objectif est de retarder l’installation de la douleur. Si dès les premières contractions vous vous laissez envahir par l’angoisse et le stress, votre organisme va rapidement puiser toute votre énergie. Une fois la douleur installée il sera plus difficile de faire machine arrière. L’apaisement et la détente seront difficile à réinvestir.

 

Une bonne respiration sera bénéfique pour votre bébé.

Avec les séances de relaxation que vous ferez en fin de grossesse, votre bébé s’habituera au bercement d’une respiration ample. Il apprivoise cet état de sérénité et reçoit les endorphines. La musique qu’il entend le mettra, comme vous dans une ambiance douce, relaxante et réconfortante. Une bonne oxygénation due lui évitera de générer du stress inutile.

 

 

Si cet article vous a plu, laissez un commentaire. N’hésitez pas à partager vos astuces pour gérer les contractions.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  

4 commentaires

  • Carole Thiebault

    J’abonde dans votre sens, la respiration peut sauver un accouchement. Au-delà des effets directes de la respiration qui ont été bien décrits dans l’article, j’ai l’impression aussi que le simple fait de faire le focus sur la respiration aide à ne pas fixer sur les contractions et du coup les rendent plus supportables.
    J’ajouterai une technique qui demande aussi de maîtriser sa respiration : les sons. J’ai accouché la première fois avec cet instinct de produire des sons et les effets étaient spectaculaires.
    Du coup la deuxième fois j’ai cherché si quelque chose existait qui s’approchait de cette intuition et oui ! Alors j’ai un peu préparer ça et surtout je me suis lâchée le jour J et bien la diminution des sensations désagréables des contractions a été étonnante !
    Connaissez-vous cette approche ? C’est l’approche de Magali Dieux avec Naître enchantés.

    Belle journée

    • florie

      Bonjour merci pour ce retour et ces précisions.
      Oui j’évoque dans l’article l’émission de sons. Je ne suis pas formée à cette méthode donc je reste prudente sur les conseils. Merci pour la référence je vais voir 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *