L’épisiotomie

C’est un mot qui fait peur, mais qui pour beaucoup de femmes semble inévitable lors de l’accouchement.
Comment serait il possible de ne pas appréhender la naissance de son enfant en imaginant son arrivée avec une telle mutilation?
L’objectif de cet article est de rationaliser cet acte, de le comprendre et de le dédramatiser car il est loin d’être systématique.

 

L’épisiotomie qu’est ce que c’est exactement?

“et ça fait un deux trois? C’est le nombre de coup de coups de ciseaux…”cliquez pour écouter
Cette gentille petite chanson de Laurie PERET montre à quel point ce geste est banalisé dans l’inconscient collectif.

On peut en rire pour dédramatiser mais allons plus, loin: comprenons ce qu’est l’épisiotomie.

L’épisiotomie est un acte chirurgical qui consiste à sectionner le périnée au moment de l’accouchement pour faciliter le passage de la tête du bébé. La sage-femme ou le gynécologue coupe à l’aide de ciseaux la peau et les muscles .

 

extrait du précis d’obstétrique 6e édition-Masson

En ces termes ça fait peur, et je vous comprends!

L’épisiotomie n’est pas obligatoire et encore moins systématique.
Comme tous les actes médicaux pratiqués sur vous, vous avez la possibilité de les refuser. Les professionnels de santé doivent vous expliquer les gestes, leurs bénéfices et leurs effets secondaires : c’est le consentement éclairé. Le moment de l’accouchement n’est pas propice à recevoir ces informations c’est pourquoi il est important ce pouvoir aborder le sujet en amont, lors de la préparation à la naissance par exemple.

 

POURQUOI PRATIQUE-T-ON UNE ÉPISIOTOMIE?

périnée amplié, Weleda
  • Pour préserver le périnée, en effet une complication importante d’un accouchement est une déchirure complète compliquée. Les tissus se déchirent de la vulve jusqu’à l’anus. Dans certaines situations où les tissus seraient trop fragiles le médecin ou la sage-femme craint que la déchirure soit trop
  • importante et préférera effectuer une épisiotomie ou orienter la déchirure dans le muscle plutôt que de la laisser filer vers l’anus.
  • Lors des efforts de poussée le rythme cardiaque du bébé est particulièrement surveillé. Le temps de la poussée permet à la tête du bébé d’appuyer progressivement sur le périnée pour l’amplier lentement. Ce phénomène laisse le temps aux tissus du périnée de s’assouplir et de s’étirer. Si le bébé montre des signes de faiblesses, il faudra accélérer la naissance. À ce moment si le périnée est un obstacle à la progression du bébé, une épisiotomie peut être pratiquée pour faciliter la descente du bébé.
  •  Chaque femme, chaque morphologie est unique. Certains périnées sont souples d’autres plus toniques. Un périnée trop tendu, trop tonique peut bloquer la progression de la descente du bébé. Dans cette situation l’enfant ne doit pas rester trop longtemps en stagnant. S’il s’avère que le périnée fait barrière, une épisiotomie peut être pratiqué afin de faciliter le passage de l’enfant dans la filière génitale.
  • L’utilisation des forceps lors de la naissance ( moins de 3% des naissances en France) est un argument pour pratiquer une épisiotomie. En effet le contexte urgent de faire naître le bébé à ce moment ne laisse pas le temps au gynécologue de prendre soin du périnée. Dans ce moment l’épisiotomie est un geste de prévention afin de pouvoir se concentrer exclusivement sur la naissance du bébé.

EST-CE DOULOUREUX?

Oui une épisiotomie est douloureuse. Mais pas autant que l’on pourrait l’imaginer. En effet si l’on imagine une incision du périnée alors que l’on est tranquillement installé dans son canapé ça semble être une véritable torture. Mettons-nous dans le contexte : le col de l’utérus a pris le temps de se dilater complètement, l’imprégnation des hormones de l’accouchement occupe tout le corps de la femme et la tête du bébé exerce une pression sur les tissus qui se sont assouplis. Au moment de pratiquer l’épisiotomie le périnée est amplié c’est-à-dire qu’il est extrêmement distendu et étiré. Si la péridurale a été mise en place la douleur est largement atténuée par son effet. Sans péridurale, les sensations sont si intenses à ce moment que la sensibilité due à l’épisiotomie sera anecdotique. On parle de «cercle de feu ».

LA RÉFECTION DE L’ÉPISIOTOMIE

Après la délivrance, c’est-à-dire la sortie du placenta, la sage-femme ou le gynécologue vérifie l’état des éventuelles lésions du périnée. Lorsqu’il y a des déchirures ou une épisiotomie, ils pratiquent  la réfection de l’épisiotomie, c’est le fait de suturer les plaies afin de favoriser la cicatrisation et le bon état et fonctionnement du périnée.
S’il y a une péridurale, son effet antidouleur sera efficace lors de cette intervention. S’il n’y a pas de péridurale posée, alors une anesthésie locale sera pratiquée en injectant un anesthésiant à l’endroit de la lésion.
La suture se pratique exclusivement avec du fil résorbable. Les fils tomberont sous environ 10 jours.

LE TOUCHER RECTAL

Vous n’en avez certainement jamais entendu parler dans ce contexte. Il se peut qu’il soit nécessaire de s’assurer que les fils ne sont pas perceptibles au niveau de la muqueuse anale. En fonction de la localisation de la plaie, le professionnel juge la nécessité d’effectuer ce geste. Cette pratique n’est pas systématique et le praticien vous en informe si c’est nécessaire.

EST-CE-POSSIBLE DE PRÉVENIR UNE ÉPISIOTOMIE?

Aucune étude scientifique n’a démontré l’efficacité d’une quelconque méthode pour prévenir les épisiotomies. Cependant j’ai pu constater après de nombreuses lectures et conseils pratiqués auprès de mes patientes qu’une préparation psychologique et physique permet de mieux appréhender l’accouchement et le vécu vis-à-vis du périnée.

  • Les massages du périnée permettent de prendre connaissance de cette partie du corps souvent méconnue. De nombreuses femme n’ont jamais touché et observé leur vulve. Il est primordial que la femme connaisse son anatomie pour « se laisser aller ». Le fait de toucher, de ressentir et d’apprendre à connaitre son périnée permet de concrétiser le passage du bébé par la filière génitale. L’idéal est de prendre un bain chaud avant le massage pour assouplir la peau. Vous pouvez masser avec une huile bio spécifique pour le périnée telle que l’huile de massage périnée de WELEDA  ou NEOBULLE une huile de germe de blé ou huile d’olive bio.

Pour plus de détails sur la façon de masser le périnée je vous invite à vous rendre sur cette page.

  • La pratique de différentes postures adoptées pendant le travail et l’accouchement vont permettre au périnée de s’amplier progressivement. Les pressions exercées dessus vont permettre de lui laisser le temps d’une certaine accoutumance.
  • L’état d’esprit dans le lequel vous êtes et la visualisation ont manifestement un effet sur la tonicité ou la souplesse des tissus. Plus vous êtes stressée, plus votre corps est raide, le périnée y compris. À l’inverse plus vous serez sereine, détendue plus les muscles de votre périnée le seront. Des exercices de visualisation tels que: “Imaginez votre périnée aussi souple qu’un chewing-gum qui s’assouplit davantage à la sollicitation de chaque contraction” vont vous inciter à avoir cet état d’esprit d’ouverture et de souplesse nécessaire à la naissance de votre bébé.
  • Un travail d’accouchement naturel, au rythme de vos contractions sans médicalisation a un impact évident sur le déroulement physiologique de l’accouchement.
  • Le travail dans l’eau permet d’assouplir les tissus, voyez à quel point la peau de vos pieds est souple après un bain, imaginez l’effet que cela peut avoir sur le périnée avant la naissance.

 

LES SOINS POST-ÉPISIOTOMIE

Les professionnels de la maternité vous expliqueront les soins à appliquer en fonction de la nature de la lésion. Dans certaines maternités aucun soin particulier n’est proposé. Le périnée est une zone qui cicatrise facilement. Je vous propose quelques conseils afin de favoriser la bonne cicatrisation et de limiter les inconforts.

  • Utiliser un savon au pH neutre pour la toilette intime,
  • Rincer abondamment et séchez la cicatrice en tamponnant,
  • Appliquer une fois par jour une crème cicatrisante et apaisante,
  • Changer votre serviette hygiénique au minimum toutes les 3 heures.
  • Vous pouvez également utiliser une solution de calendula qui a des vertus cicatrisantes et apaisantes.
  • Le lait maternel ayant des propriétés cicatrisantes, apaisantes et régénérantes, vous pouvez appliquer une compresse imbibée de votre lait sur la cicatrice.
  • L’homéopathie permettra également de favoriser la cicatrisation et résorber l’hématome formé autour de la cicatrice : Staphysagria 15CH pour accélérer la cicatrisation et diminuer la douleur liée à la plaie : prenez 3 granules par jour pendant 15 jours;  Apis 15CH : 5 granules toutes les 1/2 heures jusqu’à amélioration, puis 3 granules matin et soir pendant  5 jours; Arnica 9CH, 5 granules matin et soir pendant au moins 5 jours.

 

L’ÉPISIOTOMIE A LONG TERME

Il ne devrait y avoir aucune conséquence à long terme d’une épisiotomie.

  • Quelques mois après l ‘accouchement aucune gêne ou douleur n’est normale. Si vous ressentez quoi que soit en lien avec la cicatrice, consultez un professionnel apte à prendre en charge votre désagrément.
  • La reprise des rapports sexuels suite à une épisiotomie nécessite d’attendre que la plaie soit cicatrisée. C’est-à-dire une dizaine de jours. Il n’y a ni délais à respecter, ni de date limite de reprise des rapports sexuels suite à un accouchement. Le bon moment sera le votre, à tous les 2. Que le temps se compte en semaines ou en mois vous êtes dans la norme.
  • Une cicatrice d’épisiotomie ne signifie pas qu’une épisiotomie sera nécessaire lors d’un prochain accouchement.

 

MERCI d’avoir lu cet article, j’attends vos retours, témoignages et compléments d’informations à ce sujet. Pour laisser un commentaire c’est au bas de la page 🙂

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  

6 commentaires

  • Carole

    Bonjour et merci pour ce blog que je découvre avec délice.
    Est-ce que le nom vient de ce livre passionnant d’Ingrid Bayot ?

    Je me permet d’ajouter une possibilité pour la cicatrisation qui fonctionne très bien : l’argile. C’est facile et aussi efficace que le lait maternel pour celles qui ne souhaitent pas allaiter.

    Au plaisir de te lire à nouveau.
    Carole

    • florie

      Bonjour, merci 🙂
      Le livre est sorti après la création du blog, ce terme de quatrième trimestre a été partagé par Jean Liedloff en 1975.
      Merci pour cet astuce, on peut l’appliquer directement sur la plaie. Ça n’assèche pas trop?

  • Valentine

    Je trouve tout à fait utile de lever le tabou là-dessus. Chaque femme enceinte et jeune maman devrait pouvoir avoir accès à ces informations pour faire face à cet épisode qui n’a rien d’anodin. Merci d’en parler si ouvertement.

  • Myriam sacchetti

    Merci pour cet article, j’ajouterais si tu le permets en post episio les nouveaux traitements que sont les lasers de gyneco et injections d’acide hyaluronique pour améliorer les cicatrices, la sécheresse, les fuites urinaires etc. Je traite mes patients avec un Gynelase et elles sont vraiment ravies des résultats

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *